Justice sociale, égalité, culture et transition écologique: concrétisons ces enjeux dans le cadre du budget 2020

Imprimer

Le budget 2020 de la Ville de Genève sera traité ce samedi 14 décembre. Parmi ces points forts: de nouvelles places de crèches, des moyens pour les sans-abris, une subvention pour la Nouvelle Comédie et un soutien financier pour les associations féminines et féministes. Ce sera aussi l'occasion de se battre pour concrétiser en partie les enjeux que j'ai développés dans trois motions déposées au mois de novembre dernier.

Profitons des taux d’intérêt négatifs pour financer des investissements permettant à la Ville de Genève d’être à la hauteur des enjeux climatiques

Cette motion, que j'ai présentée au Conseil municipal avec le Parti socialiste et qui a été signée également par les Vert.e.s et Ensemble à gauche, demande que la Ville de Genève augmente ses investissements d’au minimum 70 millions de francs par année, pour arriver à un total de 200 millions de francs. Ce surplus devrait être entièrement dédié à la transition écologique.

Concrètement, elle invite le Conseil administratif à présenter au plus vite un plan complémentaire au Quinzième plan financier d’investissement 2020-2031 intégrant cette augmentation et à présenter les crédits d’investissement y relatifs.

Je m’étais déjà exprimée dans un article de mon blog sur la question du financement de la transition écologique au travers de la relance budgétaire (http://minuitaubosphore.blog.tdg.ch/archive/2019/09/18/la-transition-ecologique-peut-et-doit-etre-financee-par-la-r-300930.html). Une opportunité inédite qui je le rappelle est également préconisée par des économistes qui n’ont pas la réputation d’être de gauche. En clair, puisque la Ville de Genève peut, grâce aux taux d’intérêts nuls, voire négatifs, être rémunérée pour emprunter, il faut saisir cette opportunité pour augmenter nos investissements en faveur de la transition écologique. Il s’agit aussi de relever que la Ville de Genève peut se permettre d’augmenter ses dépenses d’investissement en raison de sa gestion financière rigoureuse, récemment encore saluée par une agence de notation, n’en déplaise à la droite municipale.

Cette ambitieuse opération permettra à nos enfants d’hériter d’une Ville de Genève en adéquation avec les défis posés par la transition écologique tout en bénéficiant de conditions d’emprunt privilégiées. Par ailleurs, au vu du statut et de la réputation internationale de notre ville, nous devons lui donner les moyens d’être exemplaire.

Ces investissements supplémentaires doivent permettre:

- D’accélérer massivement la rénovation du patrimoine immobilier de la Ville de Genève afin de réduire, voire de supprimer la consommation d’énergie fossile. Parce qu’il est indispensable que nos bâtiments soient les plus économes possibles en matière de consommation d’énergie, notamment s’agissant du chauffage. Il faut privilégier l’usage d’énergies renouvelables partout où cela est possible;

- De rendre la Ville de Genève autonome, voire productrice nette d’énergie. Cela passe par le déploiement de panneaux solaires et photovoltaïques partout où cela est possible. Mon collègue de parti et conseiller national vaudois Roger Nordmann rappelle dans son livre Le plan solaire et climat que le photovoltaïque fournit aujourd’hui plus de 3% de l’électricité et qu’en multipliant la production solaire par 25, la Suisse sera en mesure d’atteindre la décarbonisation. Pour mettre en œuvre cet objectif, il faut construire dès maintenant les infrastructures nécessaires;

- De rendre la mobilité douce prioritaire sur tout le territoire de la Ville de Genève en augmentant massivement le réseau de pistes cyclables protégées. A ce jour, le réseau de pistes cyclables représente 60% des 250 kilomètres de routes primaires et secondaires sur le territoire communal, soit 134 kilomètres. Ce chiffre, encore largement insuffisant, prend en compte les aménagements cyclables au sens large. Cela signifie que des tronçons entiers du réseau cyclable ne sont que partiellement adaptés à la mobilité douce. Cela doit changer car ce n’est qu’au travers d’un réseau sécurisé et agréable à pratiquer que l’on pourra favoriser une importante hausse de l’usage des moyens de transport écologiquement responsables;

- De faire en sorte que tous les aménagements urbains permettent d’améliorer l’efficacité des transports publics, en particulier pour favoriser le succès du Léman Express. La Ville doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour inciter les habitantes et les habitants à privilégier les transports en publics sur son territoire. Aménager de façon cohérente l’espace public en faveur des transports publics est indispensable, et le lancement du Léman Express est une opportunité inédite pour renforcer l’efficacité de ces moyens de transport;

- De replanter massivement des arbres. Ceux-ci forment un patrimoine à préserver et à développer, qui est aussi important que notre patrimoine immobilier. Les arbres apportent de l’ombre et de la fraicheur bienvenue en Ville et améliorent la qualité de l’air que l’on respire;

- De favoriser les projets innovants liés à la transition écologique menés par des entreprises sises sur le territoire de la Ville de Genève, notamment en proposant un crédit d’investissement de plusieurs millions pour accorder des prêts dans le cadre du projet G’Innove. Il est de la responsabilité d’une collectivité publique comme la Ville de Genève d’inciter les entreprises à être actrices du changement, en les aidant à innover, pour répondre aux défis posés par les enjeux climatiques. Car toute innovation qui favorise la transition écologique est bonne à prendre, et le secteur privé doit être partenaire des changements qui s’imposent;

- Et enfin de proposer, si nécessaire, un renforcement des postes permettant de mener à bien ces différents projets.

Cette motion est ambitieuse. Une ambition qui doit être à la hauteur des enjeux climatiques dont l’urgence est avérée. La vague verte qui s’est précisée dans les urnes lors des élections au Conseil national, avec plus d’un quart des voix en Ville de Genève, doit se traduire par des projets concrets puisque l’environnement est une préoccupation prioritaire des citoyennes et citoyens de notre commune. La Ville de Genève a l’opportunité d’être pionnière en matière de politiques publiques en faveur du climat. En définitive, ce sont nos enfants qui seront les principaux bénéficiaires de ce plan. Nous avons les moyens de bien faire. La seule question qui se pose réellement est la suivante: en avons-nous la volonté? 

Renforcer la politique de proximité en faveur des personnes âgées

J’ai déposé avec mon groupe au Conseil municipal de la Ville de Genève une motion invitant la commune à renforcer sa politique de proximité en faveur des personnes âgées. Il s’agit d’un sujet très important puisque l’Office cantonal de la statistique prédit une hausse de 30% d’ici 2030 des personnes âgées de plus de 65 ans et de 80% à l’horizon 2050. Et ceci pour les scénarios les plus conservateurs.

Nous demandons au Conseil administratif d’élaborer une politique de proximité pour lutter contre l’isolement des personnes âgées. Cela passe par une coordination avec les centres de loisirs, les maisons de quartier, les espaces et les associations de quartier. La promotion de l’intégration des personnes âgées dans la vie locale doit être renforcée en complétant l’offre existante à Cité séniors par des activités d’animation proposées dans tous les quartiers de Genève. Les relais d’information doivent également être renforcés pour améliorer l’information des personnes âgées sur les offres existantes. Nous souhaitons enfin que la Ville facilite la participation des personnes âgées à des événements culturels tout en mettant en place des moyens permettant de repérer précocement les personnes vulnérables en mettant en place un accompagnement socio-culturel.

Notre motion se base sur la Loi sur la répartition des tâches entre les communes et le canton qui prévoit depuis le 1er janvier 2017 que les communes sont exclusivement compétentes pour les tâches de proximité s’agissant des personnes âgées. Elles doivent ainsi lutter contre leur isolement, favoriser leur participation dans tous les domaines de la vie sociale, les soutenir dans toutes les tâches de la vie quotidienne qui ne sont pas de la compétence exclusive du canton et les informer ainsi que leur entourage sur les prestations existantes.

La Ville de Genève est donc tenue de mettre en œuvre les dispositions prévues par la loi. La situation de nombreuses personnes âgées est de surcroît préoccupante compte tenu du coût de la vie, de retraites très précaires et d’un isolement social douloureux. Il est de notre responsabilité de tout faire pour que ces personnes puissent vivre leurs années de retraites dans des conditions sociales et économiques décentes plutôt que de les parquer en marge de la société.

Le vieillissement de la population est une réalité qui a déjà et continuera d’avoir de forts impacts sur les collectivités publiques. L’augmentation de l’espérance de vie est bien sûr un progrès fantastique, mais nous ne saurions nous en contenter: il ne faut pas simplement vivre plus longtemps, il faut vivre mieux, y compris une fois l’âge de la retraite atteint. Les personnes âgées veulent conserver leur autonomie le plus longtemps possible, et nous devons les y aider. La commune, par sa proximité, est le niveau institutionnel adéquat pour mener à bien une politique en faveur des personnes âgées.

Savez-vous que l’espérance de vie en EMS est aujourd’hui de 3 ans? Les personnes âgées y entrent de plus en plus tard, et c’est tant mieux. Mais cela nécessite la mise en place d’une véritable politique pour accompagner ces personnes et leur faciliter la vie du mieux possible tant qu’ils sont autonomes. Leur permettre de mener à bien leur quotidien dans des conditions décentes est indispensable et c’est pour cela que le groupe socialiste souhaite par cette motion que la Ville de Genève puisse répondre aux exigences d’un tel objectif.

Renforcer le travail social hors murs et créer un dispositif de médiation de nuit

J’ai déposé avec mon groupe une motion au Conseil municipal de la Ville de Genève pour renforcer le travail social hors murs et créer un dispositif de médiation de nuit. Le taux de couverture de travailleurs-euses sociaux-ales hors murs en Ville de Genève se situe à moins de 5% (taux de couverture par tranche de 100 jeunes de 12 à 25 ans). Ce qui représente un total de 12 emplois équivalent plein temps. C’est un niveau très faible puisque la plupart des autres communes ont un taux de couverture compris entre 10% et 15%. Cela doit changer.

Plus de 1'000 jeunes gens et jeunes filles sont en situation de vulnérabilité ou de décrochage scolaire à Genève. A cela s’ajoute que, si les phénomènes de violence ne sont pas plus nombreux, ils sont devenus plus graves. Le travail social hors murs est donc important et il s’agit de le renforcer. Depuis la publication fin juin du rapport de la Cour des comptes sur la police municipale, que j’avais commenté sur mon blog, une incertitude supplémentaire pèse quant à l’encadrement de proximité. Nous voulons donc par cette motion augmenter le taux de couverture de travailleurs-euses sociaux-ales hors murs à 15% au minimum en Ville de Genève. Ce travail de proximité doit également aider les jeunes pour qui l’accès au marché du travail est compliqué.

Par ailleurs, nous voulons également créer un dispositif de médiation de nuit ayant une présence sur le terrain de 18h à 2h du matin et ce tous les jours de l’année. L’objectif de ces mesures vise à favoriser une véritable politique de proximité coordonnée grâce à un travail de réseau (travail social, santé, école et police). Ce dispositif a pour but de permettre de désamorcer des situations conflictuelles, et d’assurer une présence nocturne.

Le travail social hors murs est important, parce qu’à travers leur présence informelle dans la rue, les travailleurs-euses sociaux-ales assurent la prévention, un lien avec les institutions, un accompagnement éducatif et un suivi favorisant l’échange, le dialogue et l’intégration. Le travail social hors murs constitue l’un des maillons de la chaîne de cette politique de proximité coordonnée pour permettre de rétablir le lien social au sein des quartiers et faciliter la communication entre les personnes. Cette indispensable présence sur le terrain est également un moyen de poser un diagnostic précis quartier par quartier, en identifiant les besoins.

Ce dispositif de proximité a également pour objectif de prévenir les violences, notamment à l'encontre des femmes et toutes les formes de discrimination, d’intervenir sur les questions de harcèlement de rue, de participer à la gestion de conflit, d’informer et d’orienter les personnes vers les services pertinents pour réduire notamment les cas de non-recours aux prestations. Je suis convaincue qu’une telle politique sera favorable à la cohésion sociale, parce qu’elle permet d’agir à plusieurs niveaux plutôt que de privilégier la réaction a posteriori. Je rappelle d’ailleurs à ce sujet que je souhaite voir le travail de la police municipale redéfini en ce sens afin d’en faire une véritable police de proximité, complémentaire à la police cantonale, afin de renforcer ce dispositif en faveur du maintien du lien social.

Cette motion s’inscrit donc dans une vision d’ensemble des problématiques sociales auxquelles la Ville de Genève doit apporter des solutions en tant que commune et premier échelon institutionnel. La proximité est un élément essentiel pour intervenir au plus près des personnes en situation de vulnérabilité.

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Mme Christina Kitsos,

    Merci infiniment pour votre article-chapeau qui est du bon sens et surtout d avoir relevé à juste titre qu entre autres, la "Transition écologique ne peut se faire sans une JUSTICE SOCIALE" . Les deux doivent aller de pair. Je souhaite et j espère que le budget 2020 de la Ville de Genève qui est traité même ce samedi 14 décembre soit adopté et bonne chance.

    Nous critiquons tout et rien car c est une quasi-épidémie mais saluons objectivement la Ville de Genève et de surcroît après avoir lu votre point de vue.

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Addendum,

    Hormis la Transition écologique, la Justice sociale, la Culture et l Egalité qui vont ensemble et cités dans le titre de votre article-chapeau, ne pas omettre de joindre l Equité à
    l Egalité.

    Merci et Bien à Vous.
    Charles 05

  • Alors, Mme Christina Kitsos, les nouvelles de ce Samedi 14.12. 19 sont elles bonnes? j espère!

    Car si je ne bois pas ce soir du Champagne, ça m énerve mais à une autre fois, certes!

    Bien à Vous.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.