Pas de parking en échange d’une zone piétonne !

Imprimer

Le projet de parking Clé-de-Rive n’a tout simplement pas lieu d’être. Ce compromis défendu jusqu’à présent par le Conseil administratif propose la mise en place d’une zone piétonne de la rue Pierre-Fatio jusqu’au bas du boulevard Jacques-Dalcroze ainsi qu’un marché permanent à Pierre-Fatio. Bien que ces aspects du projet soient positifs, il n’en demeure pas moins que l’objectif principal demeure la création d’un parking sous-terrain d’environ 900 places en plein centre-ville. Cette orientation est pour le moins paradoxale à l’heure où la Ville de Genève a proclamé l’urgence climatique. Ce n’est pas d’un nouvel aspirateur à voitures dont nous avons besoin, mais d’une politique environnementale courageuse. Plutôt que d’inciter les gens à prendre leur voiture en centre-ville, nous devrions plutôt les encourager à choisir d’autres moyens de déplacement via la mobilité douce ou les transports publics.

Ce n’est un secret pour personne que la création d’un parking en sous-sol aura pour conséquence de drainer plus de voitures dans cette zone. Comment peut-on raisonnablement défendre un projet conçu au XXe siècle alors que les enjeux actuels ne sont plus les mêmes? Lier la création de zones piétonnes à la construction d’un nouveau parking va à rebours du bon sens. Alors que partout en Europe, les villes tentent de limiter le trafic automobile en leur centre en favorisant la mobilité douce et les transports publics, Genève devrait continuer à mener une politique aussi propice aux voitures, au mépris des considérations environnementales et sans nécessité prépondérante de bâtir un tel ouvrage?

Je suis évidemment favorable à la zone piétonne et au marché permanent. Cela ne fait aucun doute. Il est important aussi d’avoir des zones de rencontres. Les lieux sans voitures changent la perception du temps, des échanges. Ils permettent aussi d’entrer dans l’expérientiel et de modifier les modes de pensée. Cependant, je ne suis pas d’accord que ce projet soit pris en otage afin de faire passer la pilule d’un parking sous-terrain qui n’est ni nécessaire, ni souhaitable. Ce paquet qui lie différents ouvrages ne doit pas nous faire oublier son objectif principal: contenter une fois encore les automobilistes.

Je vois déjà venir celles et ceux qui me rappelleront à bien plaire que la Constitution genevoise instaure le libre choix du mode de transport et que la loi oblige à compenser les suppressions de places de parking. Je n’ai pas pour habitude d’être défaitiste, et je n’entends pas me ranger derrière ces obligations légales et constitutionnelles. Je pense qu’il est temps de les changer et nous faisons précisément de la politique pour le pouvoir de changer et de faire. J’espère bien que le débat sur le parking Clé-de-Rive permettra de thématiser ces questions importantes.

Nous devrions ainsi pouvoir choisir de voter cette zone piétonne accompagnée d’un marché permanent et d’y intégrer une véritable politique de végétalisation sans accepter en même temps un parking qui servira d’aspirateur à voitures. Car cette piétonisation de la Ville de Genève répond à un réel besoin de la population. Elle permettrait de se réapproprier davantage le territoire communal, qui aujourd’hui est congestionné par les voitures. Et rendrait possible la mise en place d’une politique favorisant en priorité la mobilité douce et les transports publics. De tels projets de piétonisation végétalisés offriraient enfin aux habitantes et aux habitants de la Ville de Genève un espace de vie commune nécessaire. Nous nous devons d'être ambitieux et intraitables sur ces questions. Il en va de l'avenir.

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • Les Verts font une erreur monumentale en s'attaquant systématiquement à la bagnole dont les nuisances sont en constante diminution et dont l'usage reste non seulement nécessaire mais pratique et économique.
    Il y a un moyen très simple de pacifier l'hyper-centre mais il implique une traversée de la rade : Installer un péage automatique à deux niveaux qui correspondent aux ceintures.
    La moyenne Tunnel sous lacustre - Rieu - Aubert - Tunnel de Carouge - rte de St Julien - av. des Communes-Réunies - rte du Pont Butin - Pont de l'Ecu - Coudriers - Rte des Nations.
    Et la petite avec un tarif très élevé d'entrée : Tunnel sous lacustre - Scie - blvd Hélvétique - Pont d'Arve et Philosophes/Mail - Pont des Acacias - Acacias - Dussaud - rte des Jeunes - Pont de St Georges - Deux Ponts - Pont Sous-terre - St Jean - Charmilles - Wendt - Hoffmann - Grand-Pré - Fort Barreau - Alpes à deux sens.
    La grande ceinture est morte. La Confédération la ravivera peut-être dans 20 ou trente ans pour le trafic autoroutier de transit.

    Sur le modèle de Londres où le prélèvement se fait automatiquement par caméra qui filme les entrants et en fonction de la cylindrée du véhicule.
    Non seulement on pourra ainsi payer les deux ouvrages, mais en sus on pourra véritablement rendre le centre piéton.

  • Les Khmers Verts seront responsables des faillites des commerces qui se trouvent en Ville de Genève car si nous ne pouvons pas accéder près des magasins il n'y aura plus de clients. Ce n'est pas avec des vendeurs ambulants ou, même, avec des dealers appréciés par certains élus, que le commerce genevois va progresser. Heureusement que les grandes surfaces en France voisine ont compris et que tous leurs parkings sont gratuits ! Les Pastèques participent à la fuite des clients et nous en avons déjà l'exemple avec tous les commerces qui ont subit les travaux du tortillard CEVA et qui ne seront pas dédommagés ! Lamentable !

  • D’accord avec vous! Ces verts sont la sinistrose en personne! Ils doivent manger et s’habiller à la frontière! Je me demande s’ils ont des enfants ou s’ils ont l’intention d’en faire.... J’estime qu’ils ne devraient jouir d’aucune avancée d’aucune sorte! Vivre comme au VIIe siècle dont l’accouchement sous un arbre.... En un mot comme en mille, qu’Ils se cherchent un coin, dans le désert, où il s’empoisonneront la vie entre-eux, et nous ficheront la paix avec leurs bullshit!
    Dommage que le ridicule ne tue pas!

  • Oui bonne idée, faîtes comme à Carouge...On voit le résultat. Même plus de pognon pour organiser la fête de la musique. Et les zones piétonnes végétalisées à la sauce verte,, ne sont juste que des plantations d'arbustes ridicules qui ne feront jamais d'ombre à personne. En attendant ça rase des arbres centenaires à foison.

    Ne parlez plus de climat, la quasi-totalité de la pollution plastique provenant de l'Afrique et de l'Asie. Et encore une info pour vous, les feux de forêt en Amazonie formentés par l'"horrible" Bolsonaro, ne représentent que la moitié de ceux ayant eu lieu en 2005 et, 2010 sous la présidence Lula.

Les commentaires sont fermés.